En matière de données, ce n'est pas l'avoir qui compte, mais l'utilité, comme le constatent Thouvenin et al. (2019). Cela nécessite un changement de perspective de toutes les parties prenantes. Ce n'est pas l'acteur individuel et sa richesse de données qui figurent au centre, mais plutôt le «partage» ou l'échange ciblé de données et la réutilisation durable et consciente des données. Les questions centrales sont les suivantes: qui doit avoir accès à quelles données? Comment cet accès doit-il être organisé? Et dans quel but les données doivent-elles être utilisées?

Différents intérêts et attitudes

C'est un fait établi que l'utilisation des données soulève des tensions. D'une part, il s'agit de préserver l'intégrité numérique des sujets des données, c'est-à-dire les apprenantes, les apprenants, le corps enseignant et l'école, et de ne défavoriser personne. D'autre part, les solutions innovantes qui promettent d'améliorer la réussite éducative individuelle et systémique dépendent de plus en plus des données. Des intérêts et des besoins individuels et collectifs très différents – et souvent controversés – se rencontrent. Même au sein d'un groupe professionnel comme celui du corps enseignant, différentes attitudes peuvent être représentées. A qui ou à quoi faut-il donner la priorité: à l'individu ou à l'intérêt général? Aux intérêts commerciaux ou pédagogiques? À l'homme ou à la technique? À la protection ou à l'utilité? Aux esprits novateurs ou à ceux attachés au système en place.

Acquisition systématique de projets

Une politique d'utilisation des données ne peut pas être développée de haut en bas. Il s'agit d'intégrer les groupes d'intérêts concernés et leurs demandes. Le programme de projets d'utilisation des données, en cours depuis juillet, doit permettre de saisir les différentes perspectives et d'éclairer les champs de tension de manière ciblée. Nous procédons actuellement à une acquisition systématique de projets. Nous souhaitons ainsi tenir compte de tous les groupes d'intérêt et de leurs besoins ainsi qu'identifier et analyser les principaux défis liés à l'utilisation des données dans le système éducatif. L'objectif est de garantir une répartition équilibrée des projets issus de l'administration, de la recherche, de la pratique scolaire et des prestataires de services, qui fournissent des connaissances pertinentes pour le système.

Importants intérêts

De nombreux acteurs veulent saisir l'occasion de participer et montrent un grand intérêt pour le programme. Les premiers projets ont déjà été soumis. C'est à eux désormais qu'il appartient d'éclairer plus précisément les dichotomies apparentes «protection et utilité» ou «intérêts commerciaux et pédagogiques» et d'explorer les possibilités d'aménagement des droits d'accès et d'utilisation. La tâche du programme consistera à réunir les différentes perspectives et connaissances des différents projets et à formuler des propositions de mesures concrètes pour la future politique d'utilisation des données. Et si les dichotomies apparentes pouvaient être supprimées grâce à une gouvernance appropriée?

Articles associés

Afin de développer la future politique d'utilisation des données pour l'espace suisse de formation, nous avons créé un programme pour les projets d'utilisation des données. Nous avons demandé aux personnes concernées pourquoi elles étaient intéressées à participer à notre programme.

La collaboration avec des projets d'utilisation des données nous permet d'éclairer l'écosystème des «données de l'éducation» à l'aide de cas concrets issus de la pratique et de tester des solutions à la croisée des différents groupes d'intérêts. Les expériences faites jusqu'à présent le montrent: malgré toute l'hétérogénéité, les mêmes questions préoccupent.

Pour une politique d'utilisation des données qui tienne également compte des questions d'équité en matière d'éducation, il faut un dialogue avec toutes les parties prenantes: la recherche, l'environnement scolaire, les entreprises EdTech et l'administration de l'éducation. Le prof. Dr Kenneth Horvath, directeur du projet de recherche «Algorithmic Sorting in Education» à la HEP de Zurich, l'explique dans sa contribution.

La nouvelle loi fédérale sur la protection des données (nLPD) entrera en vigueur le 1er septembre 2023. Que signifie-t-elle pour les écoles? Pour les écoles publiques, c'est la loi cantonale sur la protection des données qui s'applique comme précédemment.