Projetons-nous tout d’abord dans l’avenir proche. Comment voyez-vous la numérisation de l’éducation?

Beat Jörg: Cette question nous occupe tous, tant dans le domaine de la politique éducative, que dans celui de la recherche et de la science et, elle est au premier plan des préoccupations de l’économie et du monde du travail. Si j’avais une boule de cristal, je verrais probablement, à côté des éléments familiers, beaucoup de choses auxquelles nous ne sommes pas accoutumés: l’éducation ne sera plus liée à un lieu d’apprentissage, même si les salles de classe continueront d’exister. Les acteurs du système éducatif deviendront beaucoup plus forts grâce à une intensification rapide de la mise en réseau et ils collaboreront davantage en temps réel. L’éducation prendra encore plus de valeur qu’aujourd’hui et l’éducation numérique deviendra, plus que jamais, un investissement primordial. Je crois que l'éducation du futur continuera à être réalisée par des voies traditionnelles, quasi analogiques, d'enseignement et d'apprentissage. Toutefois, les voies d'éducation non formelles et informelles seront également utilisées dans une bien plus large mesure qu'aujourd'hui. Le défi sera, entre autres, de pouvoir contribuer à façonner cet espace de formation quadridimensionnel du futur en termes de politique éducative.

«  L’accès aux services éducatifs numériques ressemble aujourd’hui à une série infinie de portes vers des ressources spécifiques.  »

Beat Jörg

L’accès aux services numériques est un thème d’actualité. C’est là qu’intervient Edulog. Quels sont les éléments qui vous ont convaincu dans ce projet?

Ce qui m’a convaincu, c’est en premier lieu la volonté d’aménager un accès facilité et harmonisé à l’ensemble des ressources numériques du domaine éducatif. L’accès aux services éducatifs numériques ressemble aujourd’hui à une série infinie de portes vers des ressources spécifiques. Les jeunes cheminent le long de leur parcours éducatif, armés d’un gros trousseau de clés. Le problème est que ce trousseau va grossir à vue d’œil. Et c'est désagréable, car trouver la bonne clé pour une porte particulière peut parfois être un mystère. Edulog, qui fédère les identités numériques, est un véritable passe-partout qui facilitera la vie des élèves et des étudiants dans la gestion des ressources numériques.

Par quelles mesures concrètes, les services de la Direction de l’instruction publique et de la culture ainsi que les écoles de votre canton se préparent-ils à une Fédération des identités numériques? Selon quel calendrier?

Je suis convaincu que le canton d’Uri se trouve dans une position privilégiée grâce à sa taille modeste, ses structures faciles à gérer, tant dans l’administration que dans les communes et les écoles ainsi qu’en raison de son éloignement des centres économiques et sociaux de la Suisse. Concrètement, cela signifie que les clarifications nécessaires et les travaux préparatoires sur les plans juridique, organisationnel et technique nécessiteront, à mon avis, moins d’efforts que dans les grands cantons urbanisés. En outre, Uri est très intéressé à ce que son système scolaire de qualité bénéficie aussi rapidement que possible de ressources numériques modernes. La connexion à Edulog à courte échéance est donc une priorité pour nous. Nous visons une adhésion pour le début de l’année scolaire 2021/2022.

À cet effet, nous menons les travaux juridiques nécessaires dans le cadre de la révision d’une loi et, sur le plan technique, nous sommes en pourparlers avec notre fournisseur d’identités potentiel. Nous devons en outre définir plus précisément ce que l’adhésion à Edulog requiert sur le plan organisationnel au sein de la Direction de l’instruction publique. J’espère naturellement que les écoles verront dès que possible le résultat souhaité: un accès aisé aux ressources numériques et un enseignement enrichi par les outils novateurs de la numérisation. Nous voulons optimiser l’acquisition des compétences par les enfants et les jeunes afin qu’ils soient préparés à la transition numérique de la société et du monde du travail. Et plus encore: qu’ils participent activement à la transition numérique!

Articles associés

Le concept de «souveraineté numérique» signifie l'utilisation autonome et sûre des technologies numériques. Ainsi, les opportunités et le potentiel de la transformation numérique sont exploités dans l'intérêt de toutes et tous. Kevin Saner, analyste informatique à Educa, explique quelles sont les implications de la souveraineté numérique, et quel rôle Edulog peut jouer à cet égard.

Le Jura et la partie francophone du canton de Berne ont été parmi les premiers à utiliser Edulog. Elisa rencontre les acteurs impliqués dans Edulog: une enseignante, des élèves, un directeur d'école et un responsable cantonal. Dans une vidéo, toutes et tous parlent de leurs expériences et de leurs souhaits d'amélioration.

Accéder aux services en ligne de différents prestataires de formation avec un seul login: avec Edulog, c'est possible dans les écoles du canton d'Appenzell Rhodes-Extérieures. Les enseignantes et enseignants ainsi que les élèves se connectent ainsi directement à myklett.ch, la plate-forme d'apprentissage de Klett und Balmer.

Avec l'adhésion de Lehrmittelverlag Zürich (LMVZ), c'est un acteur de premier plan qui rejoint Edulog. La maison d'édition s'est établie au-delà des frontières cantonales zurichoises grâce à ses produits éducatifs. Où le voyage de la numérisation va-t-il mener? Réponse avec Michael Andrä, responsable de LMVZ digital.